EL MARQUÉS DE LA ENSENADA Y EL ÚLTIMO SEÑORITO


Au moment de choisir ce qui devait être l'étiquette de nos vins, nous avions des choses claires et d'autres moins claires.


Le nom et le métier sont les signes d'identité, il doit être à la place principale et il doit dire ce que vous allez trouver au débouchage.


Pour l'image, nous étions clairs qu'il s'agit d'un vin très issu de son terroir. C'est Castril, c'est Sierra, c'est frontière, c'est calcaire, c'est Rio. Puis vint une suggestion d'un artiste local et ami. Il nous a laissé un petit livre. Utilisez la carte qui a été faite en 1754 pour le cadastre d'Ensenada. Il avait raison, tout était là : La Ville, l'Église, le Château, la Rivière traversant le Rocher, les noms qui continuent : l'Ange, la Caveza, Beracruz.


Pour fermer le cercle les cultures qui entourent le dessin de la ville. Au début on les prenait pour des oliviers. C'était la chose logique, à Castril ce qu'il y a toujours eu, ce sont des oliviers. Était-ce logique ? Toujours olive ?


Dans les six mille boisseaux de terres cultivées qui ont été déclarés en 1754, non seulement les vignes sont citées, mais aussi un millier de vignes et leur produit à considérer comme qatorze arrovas de mosto [..] Chaque arrova de must qatro reales.


Donc oui, à Castril on cultivait la vigne et on faisait du vin, au-delà de la consommation privée, probablement jusqu'à l'épidémie de phylloxéra à la fin du XIXème siècle. Là nous avons eu un coup de pouce, un clin d'œil, une certitude de l'histoire envers nous, croyant toujours aux racines et à la terre.


Ultimo Señorito reprend cette tradition séculaire et aime à penser qu'elle agit comme un pont avec le présent.



Messages récents

Suivez-nous

  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon